BOUJLOUD بوجلود / L'HOMME AUX PEAUX, de et avec KENZA BERRADA

PERSONNAGES

MOUNIR a 50 ans. Il dit “on est les nouveaux monstres, la société a besoin de monstres. Et on sait que les contes de fée ça existe pas”. Il a abusé de Houria quand elle avait 7 ans.

HOURIA a 34 ans. Elle dit : « Quand j’ai raconté ce qui m’était arrivé à l’âge de 7 ans à ma mère y avait un rossignol en plastique et une Barbie. Voilà y a des éléments.” Mounir a abusé d’elle pendant qu’elle était en vacances à Tanger.

TAMY a 34 ans. Elle revient sur la confidence que Houria lui a faite. A-t-elle été à la hauteur ? Peut-on revenir sur un moment de vérité ? Comment passer d’un for intérieur vers un autre for intérieur ? Est-on jamais à la hauteur du vertige ? Elle est au Hammam. Lieu où on enlève les peaux mortes. On revit la rencontre entre Houri et Mounir.

BOUJLOUD ET SA TRANCE

Dans un paysage désertique de lendemain de fête du mouton, « aid el kebir », surgit un être muni de peaux de moutons pleines de sang et un masque avec des cornes sur la tête. Je demande : « qu’est-ce que c’est ? » Mes parents répondent : « Boujloud ». Sans plus de détails.

J’ai 33 ans. Je suis au festival de musique électronique « Atlas electronics » à Marrakech. Le groupe de musique Joukjouka joue et un homme couvert de peaux de moutons danse autour du feu et va toucher les femmes avec une branche pour apporter « fécondité ».

Pourquoi Boujloud pour parler d’abus sexuel ? Je mets les peaux d’un autre pour tenter de toucher du doigt l’indicible, passer de l’autre côté de l’intime, dans l’intime de l’autre. Métamorphose de l’humain en animal. Métamorphose de la femme en homme. Métamorphose de la victime. Muer de peau.

kumquat.png